AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (+) we're not broken just bent (laserian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
administratrice ◊ let's take the world.
๑ MESSAGES POSTÉS : 204
๑ DATE D'ARRIVÉE : 20/03/2013
๑ AMOUREUSEMENT : en couple.
๑ SON BOULOT : institutrice.
MessageSujet: (+) we're not broken just bent (laserian)   Dim 30 Juin - 16:23

“ we're not broken just bent ”
We're collecting dust but our love's enough
And we can learn to love again. story
--------------------------------------------

L’hôpital. En un rien de temps, c’était devenu l’endroit que Marianne détestait le plus au monde. Elle ne l’avait jamais apprécié, c’était un endroit porteur de malheur dont elle n’avait aucune raison de se plaindre tant qu’elle n’avait pas besoin de s’y rendre. Malheureusement pour elle, ces derniers mois elle y avait passé trop de temps durant les derniers mois. Tellement de temps assise au chevet de Laserian, à attendre qu’il se réveille, trop souvent à réfléchir à la première chose qu’elle ferait quand il ouvrirait à nouveau les yeux. Le claquer ou l’embrasser, le choix était plus compliqué à faire qu’on ne pourrait le penser. Il l’avait trompé avec sœur. Sa sœur qui était morte dans l’accident qui l’avait plongé lui dans le coma. Il l’avait trompé avec sa sœur alors qu’ils étaient en couple depuis trois ans. Elle avait eu tellement à accumulé en si peu de temps qu’elle aurait aisément pu étrangler la première personne qu’elle aurait croisé dans la rue, juste pour se défouler un bon coup et extériorisé tout ce que, malheureusement pour elle, elle était obligée de garder pour elle. Il l’aurait mérité sa claque. Il ne l’avait pourtant pas reçue. Ça servait à quoi de claquer quelqu’un pour une erreur qu’il ne se souvenait même pas d’avoir commis ? Pas à grand-chose selon Marianne. La gentille Marianne qu’elle était ne l’aurait de toute façon pas frappé même s’il s’en était souvenu. Elle était trop gentille, trop conne , c’est ce que Gwen lui avait bien fait comprendre avant qu’elle ne se retrouve une nouvelle fois à l’hôpital. Du  côté des patients cette fois. Quelle idée elle avait eu de l’emmener dans un hôpital psychiatrique en ruine ? Le vieux bâtiment était abandonné depuis des années, bien entendu que le sol avait eu le temps d’être considérablement bouffé par les mites. L’endroit n’était pas dangereux à cause des fantômes qui pouvaient hanter les lieux mais bel et bien à cause du temps qui avait rendu le parquet fragile, les poutres instables et avait laissé la poussière s’accumuler dans chaque recoin du bâtiment. Fantômes ou autre trucs tout aussi bizarre et improbables d’après ce que certaines personnes s’accordaient à croire. Jamais elle ne serait en mesure de comprendre ce que Gwen avait l’intention de trouver dans ce genre d’endroit, elle ne savait même pas ce qu’elle cherchait et elle restait persuadée que Gwen elle-même l’ignorait. Il était clair qu’elle courrait après des explications qui n’existaient pas. Elle ne trouverait jamais rien, à part peut-être une mort provoquée par un accident. Parce que c’était ce qui était arrivé à son fiancé. C’était ce qui lui avait coûté la vie à lui. C’était ce qui avait tué sa sœur à elle et mis Laserian dans le coma pendant beaucoup trop de temps d’après elle. C’était également un accident aussi qu’il l’avait clouée à l’hôpital pendant plusieurs semaines. Si on y réfléchissait bien, c’était aussi un accident qui avait tué ses parents. Ça faisait beaucoup, vraiment beaucoup d’accident dans sa vie et peut-être qu’on pourrait facilement trouver ça suspect. Elle ne pensait cependant pas qu’il y ait vraiment une raison derrière tout ça. Elle était bien trop rationnelle pour imaginer qu’il puisse y avoir une explication à tout ça. Peut-être qu’elle avait juste la poisse. Mais il n’y avait pas d’explication surnaturelle ni même divine à cette série d’évènement qui rendait sa vie particulièrement difficile. Gwen pouvait bien dire ce qu’elle voulait, fouiller dans tous les coins les plus flippants de l’île, les accidents n’en resteraient pas moins des accidents et d’une façon ou d’une autre, trouver une explication, ce n’était pas ça qui allait ramener son fiancé à la vie. C’était quelque chose que son amie ne semblait pas être décidée à comprendre. Son amie. Finalement, en vue des derniers évènements, ça lui semblait être un bien grand mot. Elle avait frôlé la mort dans ce bâtiment pourris. Sans ça, peut-être qu’elle aurait pris le temps de discuter avec elle pour régler leurs différents, mais en plus d’être vexée, elle avait été transpercée par une barre de fer. Il y avait vraiment de quoi foutre ses nerfs en vrac. La goutte d’eau qui ferait déborder le vase n’était, de toute évidence plus très loin.

Au moins, elle avait pu quitter l’hôpital assez rapidement. C’était un avantage non négligeable, sa chambre d’hôpital aurait facilement pu la rendre folle. Elle était forcément mieux chez elle, dans cette maison dans laquelle elle avait grandi et qui lui rappelait jour après jour que ses parents étaient morts, mais sa sœur aussi également. Elle aimait cette maison autant qu’elle la détestait. Mais elle n’avait pas l’intention de la quitter, elle appartenait à sa famille depuis trop longtemps pour qu’elle la laisse simplement tomber. Malgré tout le malheur que cette maison portait, elle laissa échapper un soupire de soulagement une fois de retour à l’intérieur. Elle observa les lieux un court instant avant d’avancer dans la pièce, s’arrêtant quelques pas plus loin pour se retourner vers Laserian. Il était venue la chercher jusqu’à l’hôpital, en taxi certes, de toute façon, sa voiture était irrécupérable et quand bien même il aurait pu la récupérer, elle aurait planqué ses clefs pour ne pas qu’il la prenne estimant qu’il n’était pas encore prêt à reprendre le volant. En plus d’être venue la chercher, il était venu la voir quand elle s’était retrouvée coincée à l’hôpital. Elle aurait du trouvé quelque chose à lui dire, là dans l’immédiat, ne serait-ce qu’un petit bout de remerciement et pourtant ça ne semblait pas vouloir passer le seuil de ses lèvres. Ainsi, elle s’était contenté de le fixer un instant, cherchant quoi dire pour ne pas passer pour une cinglée ; elle sortait tout juste de l’hôpital, elle pourrait toujours mettre ça sur le dos des antidouleurs qu’on lui avait filé. Pourtant, elle réussi enfin à ouvrir la bouche pour parler, ce qu’elle n’avait absolument pas fait pendant tout le trajet. « Je vais prendre un bain. » Elle tourna rapidement les talons, se dirigeant aussi rapidement que possible vers les escaliers. Elle n’avait rien trouvé de mieux à dire, ni même à faire. Elle s’enfuyait discrètement vers la salle de bain, laissant le jeune homme en plan avec ses affaires. S’il avait encore une once de galanterie, peut-être qu’il le lui montrait jusqu’à leur chambre, sinon tant pis, elle s’en occuperait plus tard. Quand il serait ailleurs. Dans une autre pièce de la maison. Elle était suffisamment grande pour qu’elle réussie à le fuir si elle en avait envie et dans l’immédiat ce n’était même pas qu’elle en avait envie, c’était qu’elle en avait besoin. Si elle pensait continuellement à sa sœur et à la façon dont tous les deux l’avaient trahie, à longueur de journée, c’était encore pire à chaque fois qu’elle posait le regard sur lui. Elle se sentait blessée et elle ne pouvait même pas l’engueuler sans quoi il ne comprendrait même pas ce qu’elle dirait. Quoi que, d’après Gwen il pouvait très bien jouer la comédie et inventé cette amnésie pour se tirer d’affaire, encore quelque chose qui semblait être légèrement irréaliste selon Marianne. Cependant, elle devait bien admettre que quelque temps plu tôt, qu’on lui dise que son petit ami la trompait avec sa sœur ça lui aurait paru irréaliste et pourtant, il l’avait fait. Dans un soupire, elle se glissa dans le bain qu’elle s’était fait couler. Plus le temps passait plus sa vie ressemblait à un grand n’importe quoi et les rêves qu’elle avait pu avoir quelques années plus tôt semblaient s’éloigner d’elle à la vitesse de la lumière. Elle avait l’impression qu’irrémédiablement, elle allait perdre Laserian. Si elle lui disait ce qu’elle savait, elle avait la conviction que ça ferait plus de mal que de bien à leur couple. Elle aurait du lui dire pourtant, un couple était apparemment censé être basé sur la sincérité. Enfin, la sincérité, il l’avait trahit avant elle. S’il venait à le savoir par quelqu’un d’autre, il n’avait même pas intérêt à le lui reprocher. Elle ne voulait pas qu’il la laisse tomber, elle ne voulait pas non plus le laisser tomber mais elle ne savait pas comment faire. Ce n’était certainement pas son comportement d’aujourd’hui qui lui permettrait de sauver son couple, elle lui donnait de toute évidence bien des raisons de retourner voir ailleurs. Des raisons qu’il n’avait pas eues auparavant. Elle ne savait pas pourquoi il avait fait ça, elle ne le saurait peut-être jamais et elle détestait ça. Il y avait bien une raison quelque part qu’elle vienne d’elle ou de ce qu’il pouvait ressentir et cette raison était toujours là quelque part, il suffisait qu’il ait le déclic qu’il avait eu la première fois pour recommencer à nouveau, tout en ignorant qu’il l’avait déjà fait une fois. Elle détestait cette situation. Ça pourrait presque lui donner envie de se noyer dans son bain. Les minutes passaient alors qu’elle remuait inlassablement cette affaire dans sa tête. La seule chose qui lui restait à faire de toute façon, c’était de continuer les efforts qu’elle faisait depuis qu’il s’était réveillé au lieu de tout foutre en l’air à cause cette maudite blessure qui ne faisait que l’agacer d’avantage, comme si elle avait besoin de ça. Elle devait faire des efforts. Ce n’était peut-être plus réciproque, mais elle l’aimait alors ce ne serait pas elle qui foutrait en l’air leur couple.

Sortie de son bain, elle enfila les premiers vêtements qu’elle trouva au fond de son armoire, certainement pas ce qu’elle avait de plus sexy, plutôt le genre de truc qu’on met pour rester chez soit. De toute façon, elle aurait pu mettre les trucs les plus horribles inimaginables que ça n’aurait pas eu d’importance. Elle sortait tout juste de l’hôpital et Laserian l’avait trompée, elle avait mieux à faire que de s’efforcer à être sexy pour lui. de toute façon, il sortait du coma alors elle pourrait bien se balader toute nue dans la maison que ça ne lui ferait peut-être rien du tout. Elle avait lu que beaucoup des hommes qui sortaient du coma avaient quelques soucis en dessous de la ceinture. Dans le cas de Laserian elle ne savait pas s’il avait des soucis de ce côté-là, elle n’avait pas cherché à savoir mais elle trouverait ça bien ironique finalement. Après tout, il l’avait trompée ce soir là, alors l’idée que même s’il en avait envie, il ne pourrait peut-être pas recommencer, c’était presque réjouissant. Elle s’efforça d’effacer cette idée de sa tête, virant au passage le sourire qui s’était dessiné sur ses lèvres. Laissant ses pensées de côté elle descendit enfin les escaliers pour se rendre dans la cuisine, partant à la recherche de quelque chose à manger, il était clair que ce n’était pas à l’hôpital qu’elle pouvait prétendre avoir bien mangé. Au contraire. La bouffe de l’hôpital ce n’était définitivement pas son truc. Elle n’était probablement pas la meilleure cuisinière du monde, mais elle était toujours plus douée que les cuistots de l’hôpital. Si tant est que ces types là puissent s’appeler des cuistots. Elle ouvrit le frigo, constatent qu’il n’était pas franchement remplit, si ce n’est quasiment vide. Elle jeta un regard à sa montre, il était trop tard pour qu’elle se décide à aller chercher à manger dehors en plus elle n’avait pas envie de se changer et elle ne pouvait pas sortir fringuée comme ça. Elle laissa échapper un soupire avant d’attraper la bouteille de vin, l’une des rares choses présente dans le réfrigérateur. Ouvrant le congélateur elle en extirpa un pot de glace. Ça lui paraissait convenable comme repas. Elle s’était faite traverser par une barre de fer quelques temps plus tôt alors les calories pour l’heure c’était le cadet de ses soucis. À l’aide d’un plateau, elle remmena son super dîner jusque dans le salon où devait certainement se trouver Laserian à en juger le bruit de la télévision. « J’ai ramené le dîner. » Elle déposa son plateau sur la table basse. « Tu m’excuseras, j’ai rien trouvé de mieux. J’irais faire les courses demain. » Sur ces mots, elle tira la table vers le canapé, histoire de limité encore plus leurs efforts. Elle était plus lourde qu’elle en avait l’air et bien vite la douleur de cette fichue blessure la rappela à l’ordre, la table était suffisamment proche du canapé, mieux valait qu’elle s’arrête là. Elle se laissa tomber lourdement dans le canapé, accompagnant sa chute d’un léger grognement. Elle laissa échapper un soupire avant de tourner la tête vers son petit ami. « Je suis désolée de pas être super agréable ces derniers temps. » Au fond, ce n’était certainement pas à elle de s’excuser, mais on en revenait toujours au même ; lui, il ne s’excuserait pas de l’avoir blessée, il ne s’en souvenait plus. « Je gère assez mal tout ce qui nous arrive et la dernière fois que j’ai cru que je pourrais me détendre, penser à autre chose en passant une soirée avec une amie, j’ai fini empalée au beau milieu d’un asile à l’abandon. » Elle laissa échapper un soupire avant de se redresser pour déboucher la bouteille de vin, elle en avait bien besoin dans l’immédiat. « C’est con qu’il ait fermé remarque, encore un truc de ce genre et je serais bonne à interner. » Il y avait de quoi, même du point de vu de Lasarian à qui il manquait quelques détails de l’histoire. Il était resté dans le coma, elle avait perdu sa sœur et elle avait été à deux doigts de mourir dans un asile abandonné. Le tout en l’espace de seulement quelques mois. Les verres remplis, elle les attrapa avant de se remettre dans le fond du canapé et de tendre l’un des verres au jeune homme.


_________________
“ You're still written in the scars on my heart ”
--------------------------------------------
It's been written in the scars on our hearts, We're not broken just bent, And we can learn to love again.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(+) we're not broken just bent (laserian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Bent Larsen, 1935 - 2010
» Bent Larsen - suite & fin
» [SOLVED] microphone broken? solid red lights
» already broken; already gone ••
» [Mélée] Bran the Broken - 2ème CE Stahleck 2011
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNHOLY NIGHT :: BAR HARBOR. :: Bar Harbor - North :: Greeley Avenue-
Sauter vers: